19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 14:40

Chers lecteurs,

 

J’ai écrit « Vérité Organique » parce qu’un mal connu de tous, continue à progresser tel un virus dans le cœur des hommes, et ce malgré les efforts d’une partie de l’humanité.

 

Ce mal remonte à l’origine des temps, il est le principal acteur d’énormément de souffrances, de colères et de conflits.

 

Un être vivant, fait de chair et de sang, qui se croît supérieur à un autre être vivant, fait lui- même de chair et de sang. Cette réalité presque ancestrale, qui est devenue celle de notre quotidien s’appelle le Racisme. À cause de leurs couleurs de peaux, certains hommes et certaines femmes sont considérés comme des êtres inférieurs. Quand le moindre geste et le plus petit mot est perçu différemment, chaque regard devient une agression. Le monde moderne a ouvert les yeux sur d’autres formes de Racismes, qui à une époque pas si lointaine étaient considérées comme normales : la discrimination envers les femmes et les homosexuels…

 

Toute cette haine a donné naissance à l’esclavage et à de multiples tentatives d’épurations ethniques.

 

Y’a-t-il un remède à cette épidémie ? Que faire quand la victime devient elle-même un bourreau ?

 

Devons-nous abandonner ?

 

Je dis NON

 

Devons-nous abandonner ?

 

Dites le avec moi, NON.

 

                                                               Un citoyen révolté

                                                                   Un poète révolté

                                                                                    Orphée

 

                                                                    VERITE ORGANIQUE

 

L'être humain de couleur est-il né sous le soleil de Satan ?

Pourquoi son histoire est-elle pavée d' humiliation et de souffrance ?

La main des bien-pensants est-elle guidée par celle des anges ?

L' innocence, comment croire en son existence ?

 

Cette vérité physique, est-elle aussi une vérité génétique ?

Fait-elle de l'autre un être inférieure ?

 

La laideur de la peur

La laideur de nos coeurs

 

"- Tu n'es pas obligé de me croire, mais je ne suis pas un animal.

Bien que la colère qui hurle en moi me pousse dans les bras de dame Vengeance

Et vers les gorges de vos enfants

Je ne ferais pas de cette option l' outil de ma délivrance"

 

"- Tu n'es toujours pas obligé de me croire, mais je ne suis pas un animal.

Construire sur le sang

C'est construire dans et pour le néant

Mais construire dans le temps

C'est construire pour nos enfants"

 

"- Vous n' êtes pas obligé de me croire, mais je suis un homme.

Sous ma peau jaune, vert, marron . . .

Ma chaire est du même rouge que la vôtre

Dans mes veines, mon sang est du même bleu que le vôtre"

 

Brûlons tous ensemble le voile hypocrite,

Qu' a déposé la déclaration des droits de l'homme sur nôtre monde.

 

Comment une civilisation qui se prétend civilisée,

Peut-elle tolérer l' intolérance ?

De la lumière l' homme ne connaît que l' obscurité

Et de l' innocence, il ne connaît que le mot.

 

Comment une civilisation qui se prétend civilisée,

Peut-elle tolérer l' intolérable ?

De son histoire l' humanité ne connaît que les pages écrites

Et la propagande qui n' amène qu'à l' oubli

 

Cette vérité de l' esprit

Se propage telle une épidémie

Dans le coeur du conscient de tous les êtres vivants

Elle ronge, elle détruit, elle tue

Elle est la racine de tant de souffrance

 

L' estomac de l' apocalypse n'est pas encore assez grand pour contenir toute l' humanité

 

A cette soi-disant vérité organique

Il n' y a qu' un antidote

C' est vous !

Je ne connais qu' un seul vaccin

C'est nous !

 

L' homme est un virus que seul l' homme peut combattre

Il est très difficile, de lui enfoncer cette simple vérité dans le crâne.

 

 

                                                                     Willy"Orphée"Procida          

 

                                                                             00048721   

Partager cet article

Repost 0
Published by Orphée
commenter cet article

commentaires

Emerson 09/10/2010 01:13



quand la vie n'a aucun sens maintenant la main ceux qui pensent être au sommet de la pyramide deviennent leurs propres
bourreaux et des esclaves, mais encore ne voient pas que dans l'obscurité dont il ya des êtres qui figem larmes cri du sang pour leurs péchés de la chair.



nell 27/09/2010 19:58



Bonsoir Orphée
Poême poignant, hurlant de vérité de douleur et d'acharnement, comme tu sais si bien les transcrire.
Ce terrible mot, racisme, renfermant tant de stupide ignorance et violence gratuite, ne mérite pas de majuscule et devrait même être écrit en taille 1 tellement sa symbolique repose sur les plus
horribles des vils actes de l'humanité.
Tu as raison, il faut le crier et le hurler.